L'IRCAM déçoit, et les papys de l'electro…

À la lecture du Monde on apprend que Philippe Manoury pleure sa mère parce qu'il a créé il y a longtemps des œuvres avec la technologie de l'IRCAM mais que cette dernière institution, qui n'a pourtant jamais connu la moindre panne de ses subventions, s'est mal préoccupée, sinon de faire évoluer ses programmes, du moins de s'assurer de la possibilité de “maintenir” comme on dit en informatique, la possibilité de faire jouer les œuvres.

Read →