Un appel à candidatures pour faire les premières parties de Gautier Capuçon !

La Fondation Société Générale va sponsoriser les prochains devoirs de vacances de Monsieur Capuçon

“Un été en France”, le coup de p… que Gautier Capuçon a tenté de faire à ses concurrents français au cours de l’été 2020, et qui avait suscité les protestations que l’on sait, au point de le contraindre à en revoir la forme et à déclarer qu’il donnerait ces concerts de manière bénévole, ce qui est difficilement vérifiable (cachets ? frais ? déplacements ? ) reviendra en 2021, et cette fois prétend être un “festival”.

Voici un extrait du communiqué de la Fondation Société Générale :

” Société Générale s’associe à Gautier Capuçon pour l’édition 2021 du festival “Un été en France” – une tournée itinérante de concerts gratuits du 15 juillet au 4 août 2021.
Pour aller plus loin au cours de cette deuxième édition, un appel à candidatures est lancé auprès de jeunes musiciens professionnels invités à se produire en première partie de la tournée du célèbre violoncelliste.

” Partant du constat que parmi les artistes, les jeunes sont les plus durement touchés par la crise, Société Générale, mécène de référence de la musique classique en France, et Gautier Capuçon, violoncelliste de renommée internationale, se sont associés pour produire ensemble la deuxième édition du festival « Un été en France ». Cette nouvelle tournée offrira un véritable tremplin pour les jeunes musiciens, tout en contribuant à étendre la diffusion de la musique classique partout en France.”

”« Un été en France » s’articulera autour de 12 concerts gratuits, donnés dans 12 villes, du 15 juillet au 4 août 2021. Gautier Capuçon partagera la scène avec 6 jeunes artistes ou formations musicales, tous professionnels, sélectionnés lors d’un concours qui aura lieu en mars 2021. Chaque lauréat jouera deux concerts aux côtés de Gautier Capuçon. Pour compléter cette tournée 2021, Gautier Capuçon jouera également avec des enfants issus de l’association Orchestre à l’École.”

“ Nous l’avons dit dès le début de la crise, la culture doit faire partie du monde d’après. En tant que partenaire engagé et fidèle de la musique classique, c’est le devoir de Société Générale de soutenir les jeunes artistes dans le lancement de leur carrière et de contribuer ainsi à la diffusion d’une culture vivante et ouverte à tous, dans tous les territoires. Nous associer avec Gautier était dès lors naturel : nous partageons la même volonté d’agir pour soutenir le développement et la diffusion de la musique classique.”

… a déclaré Caroline Guillaumin, Directrice des Ressources Humaines et de la Communication du groupe Société Générale


On fera deux observations à cette initiative assez consternante :

1) La Fondation Société Générale joue une fois de plus la carte de l’institutionnel et du vedettariat commercial en mettant de l’argent là où il n’y en a pas vraiment besoin. Faire voler le mécénat au secours de la Victoire n’était certainement pas le but que poursuivait Jacques Rigaud quand il a créé l’Admical…

2) La Fondation Société Générale place des musiciens qu’elle dit vouloir aider dans une situation scabreuse, puisqu’il leur faudra pour entrer dans le schéma, faire allégeance à Monsieur Gautier Capuçon qui sera très vite après leur concurrent dans la carrière. De plus, dans sa situation de carrière, aider des jeunes gens lui permet d’évincer en visibilité les artistes de sa génération, qui ont autant et souvent plus l’intérêt intrinsèque que lui-même.

En fait, non on fera trois observations ! :

3) La Fondation Générale pose par cette initiative un jugement de valeur hors de ses compétences sur la validité de Gautier Capuçon à se poser comme un “Maître”, propre à sélectionner, lui, des talents, alors que sa démarche ne trompe pas : il poursuit une entreprise de nature en fin de compte commerciale visant à augmenter son fonds de commerce. L’image choisie pour promouvoir cette initiative, reproduite en tête de cet article l’illustre bien : lumière sur Capuçon, ombre sur les protégés !


PS - On rappelle que Gautier Capuçon a récemment mis la (sous)-main sur le Festival de Prades, fondé par Pablo Casals, à la faveur de la nomination de Pierre Bleuse, son ombre, à la direction de ce festival, après l’éviction brutale de son Directeur artistique depuis près de quarante ans, Michel Lethiec.