The Elgar Project : un sans-faute marketing pour Rc ?

Alors là, c’est du travail de pro, il faut le saluer.
Le violoniste préféré des ménagères de plus de 50 ans et de la Présidente de France Télévision, Madame Delphine Ernotte, attaque le marché anglais et met toutes les chances de son côté. Décryptage.


Le violoniste-tycoon “Rc” attaque enfin un peu sérieusement le marché anglais, et pour y parvenir ne laisse rien au hasard. Ses confrères de l’autre côté de la Manche ont du souci à se faire.

D’abord, le choix du répertoire : on programme un disque consacré à Edward Elgar, icône et fierté dans son pays parmi les compositeurs britanniques. Bien joué, les Anglais étant ô combien plus fiers de leur musique anglaise que les Français de la leur. À l’inverse, si vous êtes Anglais, que vous jouez du Debussy ou du Kœchlin en France pour vous faire bien voir, on risque de vous faire la grimace. Vous serez déçu.

Ensuite.

On demande à Sir Simon de tenir la baguette dans le Concerto. Pas difficile : il est régulièrement l’invité du Festival de Pâques d’Aix-en-Provence de Renaud Capuçon : on est déjà en business avec lui. À une autre époque, John Eliot Gardiner aurait pu être une alternative intéressante, pour renforcer un côté “relecture” de l’œuvre qui n’aurait pas déplu. Un peu à la manière de Madame Equilbey, qui dans un disque récent n’a pas enregistré Le Freischütz, mais “Der Freischütz Project”, ah non, pardon : “The Freischütz Project”.

Enfin, on se choisit comme partenaire Stephen Hough dans la Sonate pour violon, Hough qui représente à juste titre la quintessence du beau piano anglais. Stephen Hough avait réalisé ses premiers disques chez EMI puis chez Virgin Classics il y a longtemps, avant de choisir Hyperion pour ses enregistrements ultérieurs en ayant fait entretemps un disque fameux consacré aux Concertos de Hummel pour Chandos. Depuis, le catalogue Virgin Classics a été repris par EMI Classics, lui-même racheté par Warner Classics, qui réédite sous étiquette Erato son fonds de catalogue parmi lesquels les anciens de disques de Hough. J’espère que vous avez suivi ?

Simon Rattle et Stephen Hough sont un peu comme à la maison chez Gramophone Magazine depuis bientôt trente ans. La couverture était donc pratiquement vendue d’avance. Warner a dû quand même décrocher son téléphone pour fixer la date de l’interview et le mois de parution.

Le disque Elgar en question parait le 5 mars. Et comme Couacs vous donne toujours de bons plans, on vous signale qu’un extrait est déjà disponible à l’écoute sur vos services de musique en ligne : le troisième mouvement de la Sonate op. 82.

Pour aller plus loin dans le business avec les Anglais, il faudra que les concerts reprennent, et que Rc soit moins gourmand qu’à Paris, car les cachets y sont en général moins généreux.

Et, qui sait, pour plaire aux tabloïds, envisager un flirt avec un membre glamour de la famille royale britannique…

À suivre, donc.