NOUVEAUTES DISCOGRAPHIQUES - 18 décembre 2020

Le flot des nouveautés se tarit en cette fin d’année. La Direction de COUACS informe donc ses aimables lecteurs qu’il n’y aura pas de publication consacrée aux nouveautés discographiques le vendredi 25 décembre 2020, en raison de la Fête de la Nativité. Nous vous conseillons de revenir à tous les bons disques en retard que vous vous étiez pourtant promis d’écouter cette année.


Le Boss siffle la fin de l’année Beethoven

Il est arrivé sans crier gare ce jeudi : le disque du Premier concerto de Beethoven dans la nouvelle version de Krystian Zimerman sous la baguette de Simon Rattle à la tête de son London Symphony. Il s’agit de l’enregistrement audio d’une captation vidéo “live” réalisée il y a peu à St Luke’s à Londres et qui a été d'abord diffusée de manière payante sur Internet. L’intégrale était annoncée au disque pour avril mais voilà que se pointe le numéro 1 tout seul (en fait composé après le numéro 2 ). Mon avis sera je pense indifférent à beaucoup, en particulier aux fans de Zimerman : un grand artiste magnifique de maîtrise et de plastique comme toujours, avec selon moi un troisième mouvement particulièrement réussi. Je ne suis pas plus ébloui que ça en revanche par Simon Rattle, qui est comme toujours un chef… compétent !


Reicha sort du purgatoire

Superbe nouveauté parue tellement discrètement ! Aucun disque de Christophe Coin n’est jamais insignifiant et ses collègues ici sont de première classe, Alexis Kossenko, Chouchane Siranossian et Davit Malkonyan, rassemblés par le label Claves dans un nouveau disque Reicha, compositeur qui est l’une des belles découvertes de ses dernières années, surtout quand il est joué par des artistes de cette qualité.

Le chef, Stephan Macleod, écrit : “Quand on regarde de près et sans idées préconçues les compositions d'Anton Reicha, qu'on mesure leur qualité et leur originalité, on se demande pourquoi son œuvre a connu un sort aussi étrange et inhabituel dans l'histoire de la musique : pourquoi un compositeur aussi inventif et manifestement doué n'a-t-il pas reçu une partie de la renommée accordée à certains de ses contemporains ? ” La réhabilitation est en route, et ce disque un joli feu d’artifice : plongez ! Le livret est très bien fait et détaillé, avec de belles illustrations des instruments.

Sur Reicha, je vous recommande aussi la lecture de l’article publié par nos amis de musicologie.org, une ressource particulièrement précieuse, et pas aussi sévère que son nom pourrait le faire croire.


Un premier disque du baryton James Newby, au programme varié et bien conçu, remarquablement enregistré, d’un jeune artiste britannique à la voix superbe, qu’on a bien l’intention de suivre. Il nous explique :

“ Il est intimidant de composer le programme de son premier disque. Une toile vierge ! Par où commencer ? Je me suis décidé pour une pièce que je connais depuis longtemps et que j’ai chantée fréquemment depuis le début de ma carrière : An die ferne Geliebte de Beethoven. Les arrangements de Beethoven sont toujours inspirants et révélateurs. Il crée des couleurs avec un détail si complexe, décrivant des soupirs, chuchotements et des torrents de changements de rythme, harmonie et articulation.
Puis j’ai voulu inclure Schubert. Si je devais signaler un seul catalyseur pour ma carrière, ce serait d’avoir gagné le prix Schubert au concours de chant du Wigmore Hall en 2015. Quand Joseph Middleton et moi avons choisi des lieder de Schubert, un thème évident a surgi : celui du vagabond, physique et spirituel. En tant que musiciens, nous nous sommes souvent trouvés à des endroits inspirants mais sans les personnes qui nous sont les plus chères. Les amours à distance sont un risque professionnel, et ce programme explore ce dilemme. À travers Britten, Schubert, Beethoven et Mahler nous découvrons comment l’esprit vagabonde et comment, par l’entremise de telles rêveries, nous atteignons l’inatteignable. Ayant aménagé en Allemagne quelques mois avant l’enregistrement de ce disque, je m’identifie d’autant plus avec ce thème. […] ”


On ne va pas laisser Zimerman seul cette semaine question piano. Voici le nouveau disque de l’excellent Alexander Paley, qui mène une carrière ô combien estimable ; et qui est toujours remarquablement dans le fil de la musique. Avec Rachmaninov et un programme attrayant, découvrez-le si vous ne le connaissiez-pas et allez l’écouter en concert dès que le salles rouvriront !


Hartmann Schedel (1440-1514) né et mort à Nuremberg, était historien, médecin, savant humaniste. Il s’est rendu immortel en devenant l'un des premiers cartographes à utiliser l’imprimerie : avec l'invention de Gutenberg en 1447 il devenait possible d'imprimer des livres et des cartes pour une diffusion élargie. Schedel était également un grand collectionneur de livres d'art et de gravures anciennes. Il a constitué une collection de plus de 600 volumes. L'un de ces livres est un recueil de chansons. Schedel n'était en rien musicien, mais il a de la sorte assuré la survie de la musique présentée dans ce beau (et court) disque Naxos de musique ancienne, répertoire qui n’est pas courant pour la marque.

Almara est un ensemble de musique ancienne fondé par Elisabeth Pawelke pendant ses études à la Schola Cantorum Basiliensis. Le titre de l'album Carmina predulcia, provient du titre original du manuscrit Carmina francigenum liber hic predulcia claudit, qui peut se traduire par : "Ce livre comprend les plus belles chansons françaises" !


DES AVANT-PREMIÈRES

C’est une manière de faire que nous devons aux variétés mais qui, après tout, n’est pas déplaisante : plusieurs labels ont pris l’habitude de faire fuiter sur les plateformes de streaming des extraits d’albums à venir. Ce sont des avant-premières, pour donner envie. J’en ai repéré deux ces derniers temps. On suivra dorénavant ces teasing dans la rubrique.

Joyce Di Donato nous promet donc pour avril prochain son Voyage d’Hiver !

Notre grand français Marc Coppey poursuit une collaboration de grande qualité avec le label allemand Audite, qui a toujours très bon goût, nous annonce les Concertos de Chostakovitch, avec l’Orchestre de la Radio Polonaise sous la direction de Lawrence Foster :

On est gâté car voici un deuxième extrait : la cadence du Premier concerto.

https://open.qobuz.com/album/v5h6zw15ugxwa

https://open.qobuz.com/album/hk0fpxgucig0a

https://open.qobuz.com/album/cns9jvy2rddza


CROSSOVER

Cela fait de nombreuses années que Yo-Yo Ma ne répugne pas aux disques légers et au crossover dans le bon sens du terme : il passe les lignes avec plaisir. Son dernier album “pour temps malheureux” a été réalisé en duo avec Kathryn Stott, une pianiste que j’aime beaucoup quant à moi : ses Fauré chez Conifer étaient superbes il y a 30 ans ! Le programme de ce disque populaire va de Amazing Grace aux Chemins de l’Amour en passant par une chanson juive de Bloch, Oscar et Hammerstein, un Rachmaninov arrangé par Stephen Hough, Londonderry Air, la Chanson de Solveig, j’en passe et de plus connus.

Je voudrais seulement souligner la qualité de la réalisation de cet album, qu’on en aime le genre ou pas. Pas une once de vulgarité. Et la beauté de son de Yo-Yo Ma, sa classe, même dans un disque de piécettes. Comme la qualité de l’accompagnement de Stott.


MAIS… QUI EST DONC CLAUDIO COLOMBO ?

Une curiosité amusante, un gag, que ce Claudio Colombo, une sorte de maniaque qui publie en masse sur les plateformes de streaming tout ce que le répertoire du piano et du clavecin peut compter d’œuvres, sur de vrais ou de faux pianos. À l’écoute, on n’est pas vraiment dans les sommets mais l’exploit est tout de même à noter. Il semble que Monsieur Colombo soit professeur de piano à Milan. On l’encourage, si ça lui plaît ! Voici l’adresse de son site Internet : http://www.claudiocolombo.net/


A LIRE AUSSI SUR COUACS…

“Ça sent le sapin” - Notre sélection de disques 2020 sur la thématique de Noël.

“ L’Avenir du passé” - Notre sélection hebdomadaire consacrée aux rééditions et aux archives.

“Une certaine vision des choses” - Le disque classique se porte-t-il si bien que ça ?

Notre sélection hebdomadaire de vidéos musicales à voir ou à revoir…

LAISSEZ UN COMMENTAIRE !