NOUVEAUTÉS DISCOGRAPHIQUES 12/21

Le disque de la semaine

COUACS vous avait déjà donné envie d’écouter ce disque avec des pré-écoutes. Le voilà paru. Un grand enregistrement moderne de La Belle Meunière par l’une des plus intelligentes sensibilités actuelles, dans son domaine. Si le Festival d’Aix se tient cette année, il y sera Figaro dans Les Noces de Figaro.


Spécial alto

L’altiste Hiyoli Togawa a enregistré chez BIS ces Chants de solitude, pendant le confinement. C’est un très original recueil d’œuvres commandées spécialement à onze compositeurs contemporains tels que Toshio Hosokawa, Johanna Doderer, José Serebrier, Tigran Mansurian, Michiru Oshima, Kalevi Aho, John Powell, Cristina Spinei, Rhian Samuel, Gabriel Prokofiev, Federico Gardella, mis en miroir avec des transcriptions de Bach. Beaucoup de recherche et de découvertes pour un disque qui donne envie d’aimer l’alto (et les altistes !). L'album a été enregistré à Berlin en trois périodes, de juin à octobre 2020, au rythme de l'arrivée des différentes compositions et des restrictions en vigueur.


L’altiste allemand Nils Mönkemeyer, né en 1978 à Brême, a d’abord étudié le violon avant de passer à l’alto. L’alto, tout le monde le sait, souffre d’un manque cruel de répertoire incitant ses interprètes à se nourrir de transcriptions. Cet album en est l’illustration ; il a pour thématique l’Italie, avec divers arrangements de concertos pour basson et violoncelle de Vivaldi, des pièces de Rolla et Tartini. À noter, la Sonata per la Grand’Viola de Paganini, qui était lui-même un virtuose de l’alto.


Les artistes allemands aiment ces derniers temps à se pencher sur la figure de Nadia Boulanger. Ici, le Trio Boulanger (Karla Haltenwanger au piano, Birgit Erz au violon, Ilona Kindt au violoncelle), qui rend en permanence hommage par son nom même à Mademoiselle, a composé un programme en allant chercher dans les œuvres de quelques-uns de ses élèves les plus connus et les plus divers. Le programme met en avant à juste raison le Trio de Jean Françaix composé en 1986, Françaix bien plus joué en Allemagne qu’en France, et se poursuit par des œuvres de Leonard Bernstein, Aaron Copland, Philip Glass, Astor Piazzolla et… Quincy Jones. Écoutez ici comment Philip Glass s’exprimait à propos de Nadia Boulanger :


On a déjà évoqué dans les pré-écoutes de COUACS cette parution assez étonnante, qui illustre la fusion entre musique indienne et occidentale qu’a tentée toute sa vie le compositeur John Mayer. Quatre œuvres au programme, et en premier lieu le Deuxième concerto pour violon et orchestre, interprété par Sasha Rozhdestvensky.


Bientôt Pâques. Et voici une nouvelle version que je trouve splendide (et splendidement enregistrée comme souvent chez Accentus) de la Saint Matthieu, sous la direction de Hans-Christoph Rademann. Tant de beauté.


On avait aussi entendu ce disque en pré-écoute. Jean-Baptiste Dupont est l’un des plus doués parmi la brillante jeune génération des organistes français. Il joue ici le Cavaillé-Coll de Sainte-Sernin à Toulouse et complète la Huitième symphonie de Vierne par une Prière de Guy Ropartz et Cyprès de Saint-Saëns.

Vous remarquerez peut-être comme moi qu’on annonce huit pistes mais qu’il y en a neuf. Après avoir interrogé l’artiste sur cette “plage fantôme”, il apparaît que c’est Prélude de Widor, originellement prévu pour être le quatrième mouvement de la Huitième symphonie. La pièce fut supprimée dans la version de 1929.


On avait un peu perdu le violoniste Hagai Shaham de vue après ses beaux disques réalisés pour Hyperion. Chez Nimbus paraissent les trois Sonates pour violon et piano de Brahms avec son partenaire Arnon Erez.


L’Orchestre Philharmonique de Radio France a fait un disque ! Cool, non ?
La thématique et le marketing laissent perplexe. Tout cela est justifié dans les textes de l’album : outre Chausson, le Concerto de Prokofiev a été créé à Paris en 1923, et les deux magnifiques sérénades de Einojuhani Rautawaara ont été composées pour Hilary Hahn et Mikko Franck, et créées à Paris par les mêmes avec le Philhar. Les enregistrements datent de 2019, et vous remarquerez dans l’“ours” du livret que le copyright de ce disque appartient à Hilary Hahn et non pas à DG. Ils n’ont plus les moyens de produire eux-mêmes leurs disques, chez Vivendi. C’est terrible.


Pré-écoutes

Comme chaque semaine, on repère sur les services de streaming les albums à paraître dont les éditeurs dévoilent à l’avance quelques plages, sans doute pour exciter la curiosité des auditeurs…

Sans commentaire ! Je ne vous dirai pas si j’aime ce deuxième extrait de l’intégrale des concertos pour piano de Beethoven par Zimerman et Rattle, enregistrée et filmée en décembre dernier, car les afficionados du pianiste polonais ne laisseraient rien passer. Cette fois, l’Adagio du Deuxième concerto. Spéciale dédicace à L. et P-O !

Extraordinaire Sophie Dervaux, qui porte si haut les couleurs du basson et fait partie de l’aristocratie des instrumentistes français. Depuis 2015 elle est basson solo de l’Orchestre philharmonique de Vienne et de l’Orchestre de l’Opéra de Vienne après avoir été contrebasson solo de l’Orchestre philharmonique de Berlin. Un récital arrive chez Berlin Classics, dont voici un avant-goût.

Les frères Jussen, Lucas et Arthur sont deux minets bataves blonds qui figurent les nouveaux Dupond et Dupont du duo de piano. Sous un riche et original concept de la Deudeuche Gramophone (“The Russian Album”), ils nous proposeront bientôt le Concerto pour deux pianos de Stravinski, dont voici un extrait. Autre extrait disponible, la Deuxième Suite de Rachmaninov.

Le très excellent Notos Quartett (à ne pas confondre avec le Nomos Quartett qui est un quatuor à cordes) est un jeune quatuor avec piano allemand, dont paraîtra bientôt le deuxième disque consacré au Quatuor avec piano n°1 et à une transcription de la Troisième symphonie de Brahms par l’Allemand Andreas N. Tarkmann (*1956). En voici un bout.

Le Chloé Piano Trio est un jeune Trio avec piano, anglais celui-là, qui fera paraître dans quelques semaines un disque consacré à Lili Boulanger et Clara Schumann. Ici, un extrait du si frais Clairières dans le ciel de Lili Boulanger.