MUSIQUE EN IMAGES - XIII

La salle de concert mondiale devient de plus en plus formidable, sur le web ! COUACS sélectionne pour vous des moments de grâce.

Die Tote Stadt de Korngold en direct du Komische Oper de Berlin

Suite au décès de son épouse Marie, Paul s'est séquestré dans son “ temple des souvenirs ”. Isolé du monde extérieur, il ne vit que pour la mémoire de sa femme décédée, jusqu'au jour où il rencontre la danseuse Marietta, qui est l'image crachée de Marie…
Le Komische Oper de Berlin nous fait un joli cadeau dimanche prochain le 28, avec la retransmission en direct (et par la suite en replay) de Das Tote Stadt (La ville morte) - 1920) de Erich Wolgang Korngold (1897-1957) magnifique compositeur autrichien qui a dû fuir son pays dans les années 30. Réfugié aux Etats-Unis il compose de nombreuses musiques de film restées célèbres, puis retourne en Autriche. Les œuvres “classiques” de Korngold, à l’esthétique post-romantique, sont des merveilles de lyrisme : si vous n’y avez pas encore goûté il est temps de vous y mettre, c’est un ordre ! En commençant par son Concerto pour violon , par Heifetz, pour mettre tout de suite la barre assez haut. En continuant par le Trio avec piano . Et puis, pour préparer le visionnage de dimanche, écoutez cette version historique de Die Tote Stadt dirigée par Fritz Lehmann, ou celle dirigée par Erich Leinsdorf, ou celle de Leif Segerstam, qui a aussi de belles qualités.

Tiens, j’en profite pour vous inciter à regarder cette vidéo sur le site de l’Opéra de Paris (Opéra chez Soi) où les solistes si talentueux de l’Opéra de Paris jouent le magnifique Sextuor de Korngold qui date de 1916, donc composé avant Die Tote Stadt. Avec : Petteri Iivonen, violon (et sa grosse barbe), Alan Bourré, violon, Laurent Verney, alto, Mirabelle Le Thomas, alto, Aurélien Sabouret, violoncelle, Jean-Marie Ferry, violoncelle.


Tosca à Marseille

L'Opéra de Marseille bosse pendant le confinement, et malgré l’annulation des représentations fait travailler et paie ses permanents et ses artistes invités. Il a réalisé une captation de Tosca, qui sera disponible à partir de dimanche 28 février à 17h jusqu'au dimanche 28 mars sur son site (sur Youtube je ne sais pas)

Production de l’Opéra de Marseille
Orchestre et Chœur de l’Opéra de Marseille, direction Giuliano CARELLA
Mise en scène, Décors, Costumes Louis DÉSIRÉ - Lumières Patrick MÉEÜS
avec : Tosca : Jennifer ROWLEY - Mario Cavaradossi : Marcelo PUENTE
Scarpia :  Samuel YOUN - Angelotti :  Patrick BOLLEIRE
Le Sacristain:  Jacques CALATAYUD - Spoletta :  Loïc FÉLIX
Sciarrone : Jean-Marie DELPAS


Le Quatuor Joyce, Salle Cortot

Le jeune et vraiment très talentueux Quatuor Joyce (Leo Marillier, Apolline Kirklar, Loïc Abdelfettah, Emmanuel Acurero) a récemment donné un concert Salle Cortot, qui a été filmé.

Ici la présentation par Léo Marillier ( la vidéo du concert est mieux éclairée ! : )
Et ici pour acheter votre billet et visionner. Et oui, ce n’est pas gratuit, mais 8 euros c’est pas grand chose franchement. Au programme :
Anton von Webern (1883 -1945) , Quatuor « 1905 »
Leoš Janáček (1854-1928) , quatuor n°1 « Sonate à Kreutzer » (1923)
Johannes Brahms (1833-1897) , Quatuor à cordes en ut mineur op.51 n°1 (1873)


On retrouve L’Opéra chez soi, proposé par l’Opéra de Paris dans un concert Saint-Saëns défendu par les artistes en résidence à l’Académie de l’Opéra de Paris. Une heure et 25 minutes de plaisir, avec des œuvres connues ou méconnues. Bravos les “djeunes” !

Avec : Andrea Cueva Molnar, oprano - Marie-Andrée Bouchard-Lesieur, mezzo-Soprano - Kiup Lee, énor - Alexander York, baryton - Niall Anderson, baryton-basse - Aaron Pendleton,asse- Joan Brakha, violon - Sue-Anne Lee, violon - Roxanne Rabatti, violon - Julien Siino, violoncelle - Et au piano, Edward Liddall et Félix Ramos.


Une archive de Wigmore Hall…

Le 11 mars 2020 Wigmore Hall diffusait ce concert superbe, consacré à une généreuse sélection de Trios à cordes et à la Sérénade pour trio à cordes de Beethoven, toutes œuvres composées entre 1794 et 1798. Plateau de cadors pour servir ces œuvres : Daniel Sepec au violon, Tabea Zimmermann à l’alto, Jean-Guihen Queyras au violoncelle. Au programme :
Trio à cordes Op. 3 - Trio à cordes Op. 9 No. 1 - Trio à cordes Op. 9 No. 2 - Trio à cordes Op. 9 No. 3 - Sérénade pour Trio à cordes in D Op. 8

Et puis, voici le programme des prochaines retransmissions en direct proposées par Wigmore Hall sur son site et sur sa page Youtube :

Tim Horton piano
Vendredi 26 février à 19 heures 30
Chopin, Mozart, Szymanowski

Gould Piano Trio
Lundi 1er mars, 13 heures
Amy Beach et Schubert

The English Concert
Mardi 2 mars à 13 heures
Bach, Philipp Heinrich Erlebach, Purcell

Gweneth Ann Rand soprano - Simon Lepper piano
Mardi 2 mars, 19 heures 30
Samuel Barber, Messiaen and Wagner

Leonore Piano Trio
Mercredi 3 mars à 19 heures 30
Brahms and Dvorák

Et, notez bien dans votre agenda le récital de
Kirill Gerstein piano
Jeudi 4 mars à 19 heures 30
Beethoven, Chopin, Haydn, Schubert

Gerstein est un géant du piano contemporain. Il a réalisé pourtant de très beaux disques, mais on ne l’entend que trop peu en France.


Des nouvelles de Ruth Slenczynska

En novembre dernier (!) j’avais évoqué Ruth Slenczynska dans l’une de mes premières chroniques de disques. Une preuve, s’il en fallait, que COUACS est à l’avant garde de l’actualité discographique, au meilleur bénéfice de ses abonnés. Pas mal en retard, les magazines musicaux évoquent heureusement mais seulement ce mois-ci la parution chez Universal de la boîte à trésors que je mentionnais alors :

La raison de ce retard ? Et bien, parce que je crois que les critiques musicaux sont old-fashioned et ne peuvent se résoudre à travailler en numérique, puisque ce coffret était disponible dès novembre dernier sur les plateformes de musique en ligne.

Ruth Slenczynska est une grande et merveilleuse artiste que j’avais découvert par ses disques réédités à l’époque chez Ivory Classics par les bons soins de Earl Wild et Michael Rolland Davis

J’avais eu le bonheur de rencontrer Ruth à Paris en compagnie de sa sœur Helen dont je viens d’apprendre avec retard la disparition. Pendant la pandémie, Ruth Slenczynska, 95 ans, a heureusement été mise à l’abri par son amie Shelly Moorman-Stahlman, et qui a réalisé plusieurs vidéos avec elle, à quatre mains ou en solo. Je vous recommande d’aller voir sur la page YouTube de Shelly Moorman-Stahlman.

À l’âge quatre ans, Ruth Slenczynska a travaillé à Paris a été envoyée en Europe pour étudier avec Artur Schnabel, Egon Petri, Alfred Cortot, Josef Hofmann et Sergei Rachmaninoff à Berlin et à Paris. Elle a fait ses débuts à Berlin à l'âge de six ans et a fait ses débuts à Paris avec un orchestre complet à l'âge de sept ans. Dans la vidéo ci-dessus elle raconte son expérience parisienne.

Ruth Slenczynska a raconté sa jeunesse pénible et les souffrances qui lui a fait subir un père abusif dans un livre, “Forgotten Childhood” :

… livre dont la jaquette fut dessinée par Andy Warhol.


Mickael Pletnev joue Chopin, dans les Pouilles

Un récital récent (le 15 février dernier…) “tout-Chopin” de Mihail Pletnev, capté à Bari dans les Pouilles, dans le cadre du superbe Teatro Petruzzelli ! Pas complètement terrible, vous l’entendrez… je préfère de loin Ruth ! Mais, puisque nous ne pouvons pas voyager, voyageons grâce à Youtube ! Les Pouilles…. ça me fait rêver ces temps-ci…


Muti répète…

Ça vous dirait, d’assister à une répétition du Maestro Riccardo Muti avec son orchestre de jeunes Luigi Cherubini ? Et bien je vous partage le mot de passe pour accéder à la vidéo. En cours de préparation de leur concert de novembre dernier, ils répètent les Symphonies 3 et 8 “Inachevée”, de Schubert. Le mot de passe #SoloperTe vous sera nécessaire pour accéder à la vidéo.


Un cours de triangle avec Leonard Bernstein

Et pour finir, la vidéo de Lenny pas très sympa avec Jose Carreras, la semaine dernière ayant beaucoup plu à quelques uns des plus sadiques parmi les abonnés à COUACS, en voilà une autre, où il semble heureusement de bien meilleure humeur !