MUSIQUE EN IMAGES - XII

Sur ARTE TV, n’oubliez pas de regarder Actéon de Marc-Antoine Charpentier mis en scène par Benjamin Lazar, avec Les Cris de Paris sous la direction de Geoffroy Jourdain. Enregistré au Théâtre du Châtelet à Paris le 6 décembre dernier. Avec Judith Chemla (La femme qui rêve), Marielou Jacquard (Junon), Adèle Carlier (Diane), Constantin Goubet (Actéon). Réalisation Corentin Leconte.


Wigmore Hall à Londres, dont je suis le supporter, reprend ses activités de concerts en direct. Il y a quelques jours, on a assisté à un moment vraiment exceptionnel : les Variations Goldberg jouées par Pavel Kolesnikov, qui les a récemment enregistrées chez Hyperion. C’est une splendeur.

Wigmore Hall a un programme chargé pour les semaines à venir. Déjà, notez dans vos agendas :

Doric String Quartet - 22 février à 19 heures 30
Sean Shibe (guitare) - 23 février à 13 heures
The Dunedin Consort - 23 février à 19 h 30
Benjamin Baker (violon), Daniel Lebhardt (piano) - 24 février à 19 heures 30
Fretwork - 25 février à 19 heures 30
Tim Horton (piano) - 26 février à 19 heures 30
et les semaines suivantes promettent des noms à ne pas manquer !

Tous ces concerts sont gratuits à visionner mais vos contributions seront bienvenues pour que perdure cette initiative exemplaire.


Les Nuits du Piano Paris ont récemment organisé un “streaming live” que j’avais signalé dans cette rubrique, avec les pianistes Clément Lefebvre et Philippe Bianconi. Comme il arrive parfois, des problèmes techniques ont handicapé la retransmission en direct. Voici donc la captation dans de beaux draps : son et image ! Rappel du programme :

Clément Lefebvre : Wagner / Liszt : La mort d’Isolde - Liszt : La vallée d'Obermann (Années de pèlerinage I - Suisse, S 160 No. 6) - Schumann / Liszt : Widmung, op. 25 n° 1

Philippe Bianconi : Claude Debussy : Trois Etudes (Pour les quartes - Pour les notes répétées - Pour les arpèges composés) - Frédéric Chopin : Deux Scherzi (n° 3 et 4 )

Clément Lefebvre et Philippe Bianconi, 4 mains :
Robert Schumann : Images d'Orient, op. 66 (Extraits)



Sur YouTube, la Symphonie en ut mineur de Joseph Martin Kraus par Andrea Marcon et l’Orchestre de la Radio de Francfort. Une grande découverte que ce Kraus, si vous ne le connaissez pas. Il était parfait contemporain de Mozart et bien qu’Allemand, il fit la plus grande partie de sa si courte carrière en Suède.

Toujours à Francfort, la version originale (1907) de la Tragédie de Salomé de Florent Schmitt par Alain Altinoglu. L’un des plus grands chefs-d’œuvre de la musique française !


On retourne cette semaine à Götheborg pour un brillant Premier concerto pour violoncelle de Chostakovitch par Sol Gabetta, dirigé par Klaus Mäkelä.


À presque 500 kms de là, un peu au sud, toujours en Suède, direction la salle de concert du Royal Stockholm Philharmonic Orchestra pour trois concerts qui en valent la peine :

Le 8 décembre 2020 était donné un gala sous l’égide du Comité Nobel. Igor Levit jouait le Concerto l’Empereur de Beethoven, le chef français Stéphane Denève dirigeait l’orchestre dans Flammenschrift de Guillaume Connesson (*1970), Solus d’Andrea Tarrodi (*1981) et des extraits de l’Oiseau de Feu de Stravinski.


En 2018, c’est plus ancien, Herbert Blomstedt dirigeait à Stockholm la Symphonie Singulière de Franz Berwald (1796-1868). Une belle occasion de découvrir cette œuvre si vous ne la connaissez pas, sous la baguette d’un artiste qu’on aime avoir comme guide pour… tout !

Toujours Stockholm, il y a deux jours, le 18 février, le brillant et tellement sympa Sheku Kanneh-Mason jouait le Concerto pour violoncelle de Dvořák : il faisait là ses débuts avec l’orchestre. L’autre œuvre figurant au programme était la Cinquième symphonie de Tchaikovski. Et le concert était dirigé par notre mezzo et maintenant cheffe bien aimée Nathalie Stutzmann.

Et on retrouve Nathalie Stutzmann le 13 août dernier, toujours à Stockholm, qui dirige Xavier de Maistre en soliste pour l’étonnant Concerto pour harpe de Reinhold Glière (1874-1956) qui fut composé pour la harpiste Ksenia Alexandrovna Erdely. En complément de programme, la Cinquième de LvB !


Quand Leonard Bernstein s’énerve très fort contre Jose Carreras !

J’avoue que je ne connaissais pas cette vidéo “Making Of” réalisée à l’occasion de l’enregistrement de West Side Story par Leonard Bernstein paru en 1985. Le malheureux Carreras passe un très très mauvais moment, face à un Bernstein assez peu patient et même carrément désagréable. Ce qui est étonnant c’est que la publication d’un tel document ait été acceptée par Carreras ! Ce monde est sans pitié.


Et on termine par deux belles archives franchouillardes !

On est en janvier 1959. Devih Erlih joue Tzigane de Ravel, avec l’Orchestre National dirigé par Pierre Michel Le Conte. Tzigane commence à 27’25. Avant, on a L’Apprenti Sorcier et des extraits de La Damnation de Faust, mais le tout avec des génériques mélangés. INA Madelen est toujours un scandale technique, et je ne parle pas même des métadonnées : ils ne sont pas foutus de donner correctement les noms complets des œuvres ! Mais Erlih, là, est magnifique. Pour rappel, vous pouvez bénéficier d’un mois gratuit sur Madelen.

Et puis, un autre grand violoniste français : Pierre Doukan, qui a fait grande carrière en Angleterre et qu’on n’a pas assez entendu en France. Nous sommes le 31 octobre 1964, Doukan joue le Poème d'Ernest Chausson, suivi par la Rhapsodie n° 2 de Béla Bartók. L’Orchestre National est plaçé sous la direction de Bruno Maderna ! Le film est un peu désynchronisé mais bien sûr, chez Madelen, personne ne s’en est aperçu…