MUSIQUE EN IMAGES - XIV : "VIVE LA PANDÉMIE" !

La salle de concert mondiale propose désormais sur le web une programmation de rêve, diversifiée, qui permet aussi de ne pas épouser les goûts des programmateurs de sa ville ou de son pays.
Quand les salles rouvriront, ce nouveau contexte concurrentiel promet d’être intéressant à observer dans ses effets !

Sacrée aubaine ! Un récital de Ludovic Tézier retransmis depuis la Scala en direct le 7 mars dernier. Vous pensez que ce serait à France 2 de dealer avec la Scala pour présenter ce concert en direct ? Ben moi aussi. A la place on a eu des miettes de Tézier aux Victoires du Classique récemment. Programme magnifique.


La Bach Netherlands Bach Society, déjà évoquée, poursuit son entreprise qui consiste à publier sur sa chaîne YouTube l’intégrale des œuvres de Bach. Ci-dessus une récente contribution de Pierre Hantaï, ci-dessous, deux Suites de Bach, l’une par le jeune et impressionnant Reinier Wink en 2017, l’autre par et je vous garantis qu’il n’a pas cessé de faire des progrès depuis, l’autre par Hidemi Suzuki sur son violoncelle Andrea Amati (Cremone, circa 1570)

Et voici pour achever de vous tenter de visiter leur chaîne, Bart Jacobs sur l’instrument bien connu de Saint Bavo à Haarlem dans le choral Vater unser im Himmelreich BWV 737 :


13 février 1972. On est à la Maison de la Culture de Nanterre, pas encore devenue Théâtre des Amandiers, avec l’Orchestre Philharmonique de l’ORTF pas encore devenu “Nouvel Orchestre Philharmonique”. La grande est un peu oubliée Edith Peinemann, au violon, va jouer le Concerto pour violon de Brahms. L’orchestre est sous la direction d’un certain Irwin Hoffman. Vidéo du site Madelen de l’INA : pour y accéder vous disposez si vous le souhaitez d’un essai gratuit d’un mois.


“Pour moi, faire le Conservatoire ou faire le trottoir Boulevard Saint-Michel c’est la même chose ! Jamais je ne donnerai mon autorisation !”

Ainsi s’exprimait le père de Germaine Tailleferre, celle qui allait devenir “la compositrice” du Groupe des Six. La violoncelliste Héloïse Luzzati et son association Elles Creative Women entend donner plus de visibilité aux œuvres des femmes-compositeurs. Après avoir organisé un festival en décembre dernier, elle produit et réalise des portraits vidéos qui permettent de découvrir la vie d’artistes souvent oubliées ou trop peu jouées. Ici, elle nous invite à redécouvrir Germaine Tailleferre.

Ici, une belle bio de GT sur l’excellent et tellement utile site musicologie.org.
Le site MusiMem.com, à découvrir aussi si vous ne le connaissez pas, parce qu’il travaille à documenter les proscrits de la Boulezie, propose la reproduction d’un article de José Bruyr, critique bien connu des années 60 consacré à Germaine Tailleferre.

Catalogue Germaine Tailleferre sur le site de Billaudot

Une discographie Tailleferre pour aller plus loin


Nous devons au quatuor à cordes Suisse de Lausanne Sine Nomine depuis trente ans une riche discographie de grande qualité. Le 7 mars dernier les artistes de l’ensemble (Patrick Genet et François Gottraux, violons, Hans Egidi, alto, et Marc Jaermann, violoncelle) donnaient pour leurs amis un concert en “LiveStream” que vous allez pouvoir revoir ci-dessous, avec au programme le Quatuor no 3 en fa majeur, op. 73 de Chostakovitch, et le Quatuor no 10 en mi b majeur, op 51 de Dvořák. Ça se passe à la maison et entre amis, et avec beaucoup d’amour interactif, vous verrez ! Ce concert est gratuit mais vous pourrez faire un don destiné à soutenir les musiciens et de futurs concerts de soutien pour d’autres musiciens.


Si vous avez manqué ce concert…

Tous les concerts de Wigmore Hall sont bien sûr délicieux, mais allez donc jeter une paire d’yeux et d’oreilles sur le récital de Kirill Gerstein qui y jouait Beethoven, Chopin, Haydn and Schubert le 4 mars dernier. Gerstein, c’est du lourd, du très, très lourd ! Ses disques sont ici, pour aller plus loin.


QUELQUES RENDEZ-VOUS CETTE SEMAINE…

Dimanche 14 mars de 14h30 à 15 h 50, vous finirez de déguster le gigot dominical de votre Maman devant Facebook pour assister à un live donné en direct du Théâtre des Abbesses par Gli Incogniti sous la direction d’Amandine Beyer. Et c’’est gratuit. Au programme : Bach ! Concerto pour hautbois d’amore, BWV 1055R - Concerto pour violon, en la mineur, BWV 1041 - Concerto pour violon et hautbois, en ut mineur, BWV 1060R - Concerto brandebourgeois, en ré majeur, BWV 1050


Deux concerts annoncés à Wigmore Hall

Le Heath Quartet, constitué de Oliver Heath et Sara Wolstenholme, violon, Gary Pomeroy alto, Christopher Murray violoncelle a été formé il y a près de 20 ans, c’est fou comme le temps passe. On leur doit de beau disques consacrés à l’intégrale des Quatuors de Bartók, des quatuors de Tippett, et à Tchaikovski. À Wigmore Hall, dont ils sont familiers, ils interpréteront le 11 mars en direct puis en différé sur la chaîne YouTube de la salle, Beethoven : Quatuor n° 10 “les harpes” et Bartók : Quatuor n°2 Op. 17.

Le pianiste Steven Osborne fêtera son Cinquantième anniversaire à Wigmore Hall et en direct sur la toile, et en replay pendant 30 jours vendredi 12 mars avec quelques amis bien choisis : Paul Lewis piano, Ailish Tynan soprano, Jean Johnson clarinette, Alina Ibragimova violon, Bjørg Lewis, violoncelle.
Au programme, Schubert : Der Hirt auf dem Felsen D965, Fantasie D940 et Ravel : Miroirs, La vallée des cloches, Trio avec piano

Steven Osborne a réalisé pour Hyperion en quelques années seulement une très abondante discographie, qui n’est pas disponible en streaming mais que vous pouvez consulter et télécharger sur le site du label. Il fait partie de ses artiste qu’on connait en France pour leurs disques, constamment salués pour leur excellence mais que personne n’invite pour des concerts. J’avoue que je me félicite de l’explosion des concerts en vidéo en espérant que les barrières mentales franchouillardes vont sauter. Il n’y a guère que sur le répertoire qu’on ne soit pas franchouillards en France, en négligeant tant nos compositeurs…


Le site BR Klassik a bien des choses à vous proposer en streaming…

Le 21 mars à 15 heures 30 , Rosenkavalier de Richard Strauss dirigé par Vladimir Jurowski en direct de l’Opéra d’Etat de Bavière

Gismondo, Re di Polonia de Leonardo Vinci est paru il y a un peu plus d’an en disque, et vous pouvez assistee au replay d’un concert sans mise en scène dans le cadre du nouveau Festival Baroque de Bayreuth et de son créateur le bluffant Max Emanuel Cenčić. Bayreuth n'est pas seulement la ville de Wagner, c’est aussi un bastion de l'opéra baroque. L'opéra, construit par Margravine Wilhelmine, la sœur préférée du roi de Prusse Friedrich II, est l'un des théâtres baroques les mieux conservés au nord des Alpes, classé patrimoine mondial de l'UNESCO. Il a été entièrement rénové.

Un concert du 22 février 2019 affichait Bernard Haitink, très affaibli et qui ne conduit que la deuxième partie du concert, pour un concert Beethoven à la tête du Chœur et Orchestre de la Bayrische Rundfunk.