MUSIQUE EN IMAGES (VII)

Samedi 2 janvier 2021

Chaque samedi, la sélection très arbitraire de videos de concerts ou de films documentaires consacrés à la musique classique, récents ou anciens.

Voici un long (près de 1h45) et beau film documentaire en couleurs consacré à Bela Bartók, réalisé par François Reichenbach. Il fut diffusé à la télévision française en 1981.

Evocation de l’homme, du musicien, de ces racines. Tournages dans les terres et les beaux paysages qui l’on vu naître et qui l’ont inspiré. Avec la participation de Ivry Gitlis qui vient de nous quitter, mais aussi de bien des gens qu’on aime : Katia et Marielle Labèque, Jean-Pierre Drouet et Sylvio Gualda, mais aussi le tout jeune Michel Beroff, le Quatuor Muir, évaporé, Richard Stoltzman. Amusant de retrouver aussi, fringants, André Tubeuf, Brigitte Massin, Henri Sauguet…

Dans une récente chronique de l’AVENIR DU PASSÉ j’ai évoqué le violoniste Jean Ter-Merguerian auquel un coffret d’enregistrements a récemment été consacré par l’éditeur Rhine Classics. Voici l’un des très rares documents filmé disponible de ce grand artiste. Concerto de Sibelius avec l’Orchestre Philarmonique d’Arménie sous la direction de Mikayel Avetisyan, le 21 juin 1998 à Erevan.

Une aubaine, vraiment, que ce récital de Lukas Geniušas donné il y a seulement quelques semaines à Varsovie. Le Concours Chopin a dû y être annulé cette année, et a été remplacé par quelques concerts. Pour ceux qui aiment et suivent ce pianiste vraiment exceptionnel, est passionnant de voir et d’entendre comment son Chopin évolue. En deuxième partie, le première sonate de Rachmaninov. Le bonheur, bien filmé qui plus est.

Samson François et Darry Cowl en duo ! Le comédien et fantaisiste était un sacré bon pianiste aussi. Ce reportage consacré à la préparation du 36ème Gala de l'Union des Artistes en 1966 nous montre les deux compères en répétition !

Dans ce film qui date de juin 2015, enregistré en la superbe Chapelle de la Trinité à Lyon, Marc Coppey interprète à la file les Six Suites pour violoncelle seul de Bach. La captation parait assez idéale projetée sur le grand écran de la télévision du salon, jusqu’à ce que le réalisateur se sente des fourmillements au montage et nous balance par moments des effets d’écrans glissants. On se demande parfois dans les captations si les réalisateurs ne devraient pas plutôt se faire embaucher par Hollywood si les effets visuels leur manquent tant ! Mais bon, en cas d’insupportabilité, fermez les yeux, Coppey ne déçoit pas souvent.

Puisqu’on est dans le beau violoncelle, peut-être vous souvenez-vous, y a quelques semaines, j’avais proposé dans un ancien numéro cette rubrique le film extraordinaire de l’intégrale des Sonates de Beethoven par Richter et Rostropovich à Edinburgh. Voici une version bien plus récente que nous devons aux bienfaisantes initiatives du Wigmore Hall à Londres par Miklós Perényi, le grand violoncelliste hongrois, dont Hungaroton vient de rééditer en haute-résolution les Suites de Bach, accompagné par le pianiste Dénes Varjon, que j’aime énormément et depuis longtemps.

Un petit coup dans le rétroviseur pour retrouver Janine Micheau à la télévision le 28 mai 1956 dans l’émission “La Joie de vivre” d’Henri Spade qui lui était entièrement consacrée ! Et avec Luis Mariano, l’un de ses grands amis ! Ils savaient vivre, à la télé à l’époque, puisque dans cette émission vous retrouverez aussi les Blue Bell Girls, Youri Boukoff, Pierre Jean Vaillard, Jacques Jansen, Claude Bessy, Raoul Jobin, Nicolaï Gedda.… C’est sur la plateforme Madelen de l’Ina. Si vous voulez y accéder il y a une offre en place qui vous permet d’essayer Madelen sans frais.

Un beau portrait de la légendaire contralto américaine Marian Anderson. Des images rares de sa vie privée, des extraits de récitals, dont celui du 30 décembre 1935 au Town Hall de New York et celui du Memorial de Lincoln à Washington. Elle est accompagnée par le fidèle Franz Rupp, qui fut aussi le partenaire de Fritz Kreisler ou de William Primrose dans tant d’enregistrements…

25 minutes en compagnie de Jasha Heifetz voilà qui ne se refuse pas ! D’abord chez lui, en famille, puis en train de travailler, et même en train d’écouter ses propres disques.

Tout commence et finit par Bach. Voici un extrait — Prélude et Fugue BWV 878 — du récital donné par Andreas Schiff à Wigmore Hall le 20 octobre dernier. J’en profite pour vous signaler que Wigmore Hall diffusera en direct et en accès libre un récital d’Andreas Schiff le 7 janvier au soir. Le programme n’est pas encore précisé !


Pour ne rien manquer de nos publications, abonnez-vous à COUACS !

JE M'ABONNE À COUACS