MUSIQUE EN IMAGES (II)

Samedi 21 novembre 2020

Chaque samedi, une sélection d’images animées, parfois connues, parfois moins. De beaux moments de musique d’hier et d’aujourd’hui.


SPÉCIAL PRODIGES !

On commence par une petite fille magique et adorable, Arielle Beck. Arielle n’a pas encore 12 ans. Elle vit et travaille son piano à Paris. Ici, seulement ce court extrait du récital qu’elle a donné à Nancy en octobre dernier au Festival Nancyphonies. D’autres extraits sont à découvrir sur sa chaîne YouTube. De toutes façons, vous n'êtes pas prêts de l'oublier maintenant, de toutes façons.

Un autre prodige. Si on dépasse l’idée reçue et facile selon laquelle le jeune Alexander Malofeev est une bête de technique à la russe, on découvre qu’il a de très grandes et belles qualités, qui s’épanouiront tranquillement au fil des ans. Je l’avais entendu à Gaveau l’année dernière en récital, et beaucoup aimé. C’est un vrai plaisir de le voir s’ébrouer ici dans le premier Concerto de Tchaikovski, capté au Teatro Petruzzelli à Bari dans les Pouilles en Italie. Hâte d’y retourner, d’ailleurs, quand nous serons libérés !


DE L’AMOUR, ET DU MOZART AVEC

Le 17 octobre 2019 mourrait Márta Kurtag, épouse du compositeur hongrois György Kurtág et elle-même remarquable pianiste, avec lequel elle faisait souvent duo. Márta Kurtag disait : “ Je dis toujours « nous » quand il s'agit de musique, car j'ai épousé György Kurtág durant nos années d'études, en 1947, et nous avons, tout au long de notre longue existence commune, travaillé ensemble." Un an après sa disparition, le 17 octobre 2020, György Kurtág rendait hommage à la femme de sa vie au cours d’une soirée émouvante dont le label hongrois BMC a publié cet écho. Sur un piano droit Petrof, György interprète de façon bouleversante l’adagio de la sonate K.576 de Mozart.


EDWIN FISCHER ET LES SIENS

Connaissez-vous ce document très précaire et très court, où l’on voit et entend Edwin Ficher en train de donner sa classe ? L’élève auquel il donne le cours n’est autre que le très méconnu pianiste suisse Sébastien Benda, dont je vous recommande par ailleurs d’écouter les deux disques disponibles que j’aime énormément. Il avait de qui tenir.


ON ATTEND ENCORE, MAIS BIEN PLUS, DE MADELEN !… :)

Chez COUACS nous avons à cœur de vous permettre de vivre une vie numérique au top.

Pour cela, on vous donne ce lien, valable jusqu’au 1er décembre, qui vous permettra d’accéder pendant trois mois à la plateforme d’archives INA Madelen, sans engagement pour la suite, pour seulement 1€. Cette initiative, à priori enthousiasmante, puisqu’il s’agit d’offrir un abonnement streaming à prix modique à la richesse des archives de l’INA, s’avère encore bien précaire. Gros problèmes au niveau des développements techniques, de l’ergo ; et grande sinistrose graphique. Mais bon, en cherchant, on trouve ce qu’on cherche… ou on ne trouve pas.

Donc, d’abord, inscrivez-vous sur INA Madelen au moyen du lien ci-dessus, ça vous coûtera 1 euro, puis lisez la suite :

J’ai trouvé sur Madelen cette belle émission de Bernard Gavoty consacrée à la grande violoniste française Michèle Auclair. Elle y est accompagné par Jean-Claude Ambrosini qui avait fait avec Ferras un disque de petites pièces pour DG, sa seule infidélité discographique à Pierre Barbizet.

Sous cet autre lien vous pourrez visionner un concert de 1964 de l’Orchestre National sous la direction de John Pritchard organisé par Jean Fontaine dans le cadre de sa série “Prestige de la Musique” à la Salle Pleyel. Au programme, deux airs de concert de Mozart par Teresa Stich-Randall, et le Concerto en sol de Ravel, par Samson François.


LE JEUNE CHRISTIAN FERRAS

Le label Meloclassic publie toutes sortes d’enregistrements “live” qui ne sont jamais disponibles sur les plateformes de musique en ligne, avec selon moi des choses qui ne devraient pas être publiées, parfois. Et pour promouvoir ses disques, révèle sur son mur Facebook comme teasers pas mal de petits films qui doivent bien avoir été volés quelque part, mais c’est pour notre bien. On reste en noir et blanc et tout comme pour la vidéo de Edwin Fischer, sans son pour ces images de Christian Ferras jeune et beau, au travail en compagnie du chef espagnol Ataúlfa Argenta, à Strasbourg, en répétitions pour le Concerto “À la mémoire d’un ange” de Berg. Mais pour voir ce document, je crains qu’il ne vous faille avoir un compte Facebook.


Christian Ferras fut enfant prodige, comme l’est Arielle Beck, comme l’est Alexander Malofeev, et comme le fut aussi Idil Biret, dont je vous propose ici le film documentaire “Portrait d’une enfant prodige” que lui a consacré le jeune cinéaste turc Eytan Ipeker. Beaucoup de beaux documents et une artiste, une femme remarquable.


C’est tout pour les vidéos, cette semaine !

Si vous aimez cette publication, partagez-là et aidez-nous à faire connaître COUACS !

PARTAGEZ !