LE PROBLÈME AVEC... Radio-France et ses podcasts - Volume 3. Bis repetita placent.

J’ai reçu pas mal de courrier d’auditeurs malheureux, à la suite de mes deux articles récents, qui ne comprennent leur impossibilité d’écouter sur leur logiciel habituel des podcasts de Radio France vieux de quelques semaines seulement. Enfonçons le clou ! Et pour que le problème soit compris, au besoin, soyons lourd.

Depuis que Radio France a restreint la diffusion de ses podcasts en les rendant non écoutables sur les services tiers (tels que Apple Podcasts, Podcast Addict, TunIn etc.) après quelques seulement semaines, l’écoute domestique “multiroom” sur mon système Sonos est devenue impossible : je l’ai déjà dit.


LIRE LES ARTICLES PRÉCÉDENTS SUR LE MÊME SUJET :

LE PROBLÈME AVEC… les podcasts de Radio France - 2

LE PROBLÈME AVEC… les podcasts de Radio France - 1


Oh, certes, si j’étais plus riche, je ferais la dépense d’une enceinte récente de la marque ( d’ailleurs compatible maintenant HiRes 24-Bit ), et je pourrais projeter en Bluetooth le flux Radio France (médiocre, MP3…) de mon téléphone ou de mon ordinateur, vers ce nouveau satellite, lequel pourrait l’envoyer vers d’autres éléments de l’installation. J’aurais alors, de manière peu confortable, résolu mon problème et retrouvé l’usage des podcasts de Radio-France sur le système que je me croyais libre d’utiliser pour écouter le Service Public français ; au lieu de devoir me balader de pièce en pièce avec mon enceinte bluetooth, comme jadis avec un vieux transistor.

N’allez pas croire pour autant que je fais une fixation sur Sonos, et c’est là que je veux en venir.

Si j’étais équipé d’une autre marque célèbre fabriquant des systèmes multiroom, j’aurais les mêmes problèmes avec les podcasts Radio France dès lors que Radio France n’aurait pas pris contact avec cette marque pour développer la passerelle technique propre à s’apairer au logiciel de la marque, en sorte que “nativement” le système propose d’écouter le service Radio France, sans passer par des services tiers, lesquels ont été désignés comme indésirables par nos amis de l'avenue du Président Kennedy.

Les grands services de streaming, tous, ont réalisé ce travail depuis quelques années, minimum qu’ils doivent à leurs utilisateurs. Radio France, pour se mettre au niveau de ses ambitions aurait dû faire de même au lieu d’avoir mis la charrue avant les bœufs. Avant de restreindre sa politique de diffusion des podcasts, il aurait fallu attendre au moins de pouvoir proposer quelques marques partenaires importantes, pour respecter les utilisateurs et leur confort d’usage,

Et d’ailleurs, CBC Radio & Music, radio canadienne anglophone, par exemple, est intégrée dans Sonos comme quantité d’autres services (Spotify, Qobuz…) et radios :

et les contenus à la demande de ses programmes sont disponibles sur Sonos, gérés en direct par leur propriétaire, sans passer par des tiers, ce qui est aussi la volonté de Radio-France.

A l’ère de la 5G, par ailleurs, il serait bien utile que Radio France songe à améliorer la qualité de son de ses podcasts puisque ses services techniques se flattent, à juste titre, de disposer de grands talents et d’expertises nombreuses dans le domaine du son. Même un service aussi peu subtil que Deezer s’est mis à proposer la diffusion de ses contenus en qualité CD. Les auditeurs des podcasts de France Musique ont droit à mieux que du MP3.