COUACS HEBDO - Numéro 21

Éditorial

Publié le 4 avril 2021

Le Soviet Suprême de COUACS s’étant récemment réuni, il a décidé à l’unanimité que chaque année, exceptionnellement, COUACS HEBDO paraîtrait le lundi de Pâques au lieu du dimanche. Nous avons choisi aujourd’hui de vous fournir un supplément en forme de mode d’emploi. Certains destinataires de notre lettre, en effet, ont rencontré au cours des dernières semaines des difficultés à se connecter pour lire les articles annoncés dans la lettre d’info. La réponse est simple : c’est qu’ils n’étaient pas connectés au site. Mais il est vrai qu’il y a un défaut de conception sur notre site, car on ne voit pas facilement si l’on est connecté ou pas. Nous vous expliquons, dans le document PDF que nous mettons à votre disposition derrière ce lien, comment faire. Merci pour votre fidélité et votre patience !


L’Autre Monde. La chronique de Jean-Paul Combet

Illusions baroques

Publié le 31 mars 2021

Comment musicologues et musiciens effectuent un travail invisible et souterrain pour amener la musique à la connaissance du public à partir de sources manuscrites diverses, fragmentaires et parfois difficiles à identifier…

La diffusion de la musique n’a pas connu une évolution linéaire au cours du temps. À partir de la fin du XVIIIe siècle, tout un circuit se met en place rapidement dans le droit fil de la révolution industrielle, qui rationalise les modes de production et les amplifie. L’édition musicale imprimée n’échappe pas à la règle. Née en Italie au début du XVIe siècle, elle s’impose ensuite dans toute l’Europe, mais sa place et son statut changent de nature lorsque le compositeur s’installe dans la position que nous connaissons encore aujourd’hui, créant pour être édité. D’exception, l’imprimé devient la règle.

LIRE LA SUITE DE L'ARTICLE


Madame Roze

Publié le 2 avril 2021

La série des grands entretiens de France Musique a diffusé dans la semaine du 18 janvier une série consacrée à Jeanine Roze, bien connue pour être l’animatrice des Concerts du Dimanche matin et la productrice de tant d’autres concerts depuis 50 ans.

Vous découvrirez dans ces émissions une femme au beau caractère, bien trempé, qu’on savait extrêmement originale dans ce métier parce qu’ayant tâté de bien d’autres répertoires que le classique, mais dont la vie et les aventures professionnelles autant que personnelles sont assez surprenantes. On découvre aussi dans ce podcast qui est son frère : assez étonnant !

Chemin faisant, Jeanine parle avec beaucoup de justesse et de sensibilité de son métier, des hauts et des bas, des relations avec les artistes, des fidélités et infidélités…

Actuellement, que fait-elle de ses journées, alors que ses concerts sont à l’arrêt ? Elle détricote son travail, annule semaine après semaine les concerts prévus, en fonction des instructions gouvernementales. Elle imagine et construit les saisons d’après, 2022/23, 2023/24… Et elle s’engage dans des actions de solidarité tous azimuts. Un très touchant moment de radio.``

Les cinq entretiens ne sont déjà plus disponibles sur les plateformes de podcasts habituelles, conformément à la détestable nouvelle politique de Radio France. Mais ils sont réécoutables sur le site de France Musique, ce qui n’est pas très pratique, ou à travers l’application de Radio France pour smartphones et tablettes.

LIRE L'ARTICLE


LE PROBLÈME AVEC...

Radio-France et ses podcasts.
(Volume 3)

Bis repetita placent… Publié le 4 avril 2021

J’ai reçu pas mal de courrier d’auditeurs malheureux, à la suite de mes deux articles récents, qui ne comprennent leur impossibilité d’écouter sur leur logiciel habituel des podcasts de Radio France vieux de quelques semaines seulement. Enfonçons le clou ! Et pour que le problème soit compris, au besoin, soyons lourd.

Depuis que Radio France a restreint la diffusion de ses podcasts en les rendant non écoutables sur les services tiers (tels que Apple Podcasts, Podcast Addict, TunIn etc.) après quelques seulement semaines, l’écoute domestique “multiroom” sur mon système Sonos est devenue impossible : je l’ai déjà dit.

Oh, certes…

LIRE LA SUITE DE L'ARTICLE