COUACS HEBDO - Numéro 19

Chaque semaine, de bonnes et de mauvaises nouvelles de la musique classique...

Les moyens et les objectifs…

Éditorial - Publié le 21 mars 2021

Avant la grande réforme menée par Marcel Landowski, les orchestres radio-symphoniques de région étaient régulièrement présents à l’antenne de France Musique, parce qu’ils faisaient partie de l’ORTF. Voilà longtemps que ces formations, devenues orchestres régionaux, sont sous-exposées sur les antennes de Radio-France au bénéfice des orchestres parisiens de la Radio, dont on connaît la banalité des programmes. Les orchestres de la Radio se vivent en organisateurs de concerts publics concurrents des institutions parisiennes au lieu de faire leur job d’orchestres de radio sur les répertoires, la musique française symphonique de patrimoine en particulier, où on les attend, avec les moyens formidables dont ils disposent.

On apprend maintenant que l’Association Française des Orchestres, qui représente la plupart des orchestres français, a formé un “partenariat” avec France Musique pour rendre écoutable sur le site de cette chaîne (et si peu à l’antenne) un certain nombre de concerts des orchestres en région. Ce partenariat est vraiment bien peu de choses, puisqu’il s’agit de concerts captés et enregistrés par les orchestres eux-mêmes, où la contribution de France Musique semble souvent se limiter à offrir une page web renvoyant aux pages YouTube des institutions, et à une chronique à l’antenne le lundi matin.

Entendons-nous : on ne peut plus, certes, limiter “l’antenne” d’une radio en 2021 à la manière passée, au seul direct. On doit y inclure désormais l’accès à des contenus “non-linéaires”. À cet égard, on attendrait du service public et de ses vastes compétences techniques un outil performant permettant, à la demande, de refléter, d’accéder et de découvrir toute la richesse de l’offre subventionnée nationale. Offre complète qui devrait aussi être mise à disposition de manière claire et efficace, au minimum bilingue français-anglais, en direction des audiences internationales.

Hélas, le service public nous bombarde de déclarations “d’amour”, de “solidarité”, de “soutien aux artistes”, mais il roule pour lui seul, se vit en entreprise privée, surtout privée d’imagination et adepte de tous les conformismes de l’époque. Il abandonne les obligations corollaires aux moyens qui lui sont affectés et qu’il dépense si mal. Il paraît que Radio France doit signer ces jours-ci avec l’État un « contrat d’objectifs et de moyens ». Bien dommage que ce contrat fasse si peu débat public, qu’on ne nous dise pas ce qu’il contient et vers quel brillant futur il entend nous mener.


L’Autre Monde : la chronique de Jean-Paul Combet

Illusions baroques

Publié le 16 mars 2021

Tous les esprits du temps gardent en mémoire le supplice de Giordano Bruno, brûlé à Rome en 1600, et celui de Lucilio Vanini, torturé et brûlé vivant à Toulouse en 1619, condamnés tous deux non pour des actes, mais pour des idées. Ces exemples effrayants, impardonnables, endiguent (provisoirement) le cheminement et surtout l’expression de la pensée ; les esprits éclairés apprennent comment ne pas aller trop loin, un Cyrano de Bergerac comme un Théophile de Viau jouant en permanence avec le danger en utilisant habilement le langage codé de la fiction et de la licence poétique. Cette distance ne suffira d’ailleurs pas, car Théophile fut lui aussi condamné au bûcher en 1623, brûlé en effigie, emprisonné durant deux ans ; sa peine sera finalement commuée en exil perpétuel.

Descartes lui-même, dont le projet originel vise à démontrer par la raison l’existence de Dieu, frise l’hérésie en découvrant…

LIRE LA CHRONIQUE...


Musique en images

Publié le 20 mars 2021

James Levine dirige Ariane à Naxos. Maxim Emelyanychev dirige à Toulouse avec le violoniste Aylen Pritchin. Igor Levit dans les trois dernières sonates de Beethoven. Les Noces de Figaro sous les tilleuls à Berlin, dirigées par Barenboïm. Parsifal à Genève sous la direction de Jonathan Nott. Claire Gibault et Maria João Pires. Lucas Debargue joue Rachmaninov à Moscou. Le brillant Sterling Eliott, un jeune violoncelliste à découvrir. Julian Prégardien dans le Chant du Cygne. Et des archives.

À VOIR SUR LE WEB...


Sélection discographique :
Nouveautés, semaine 13/21

Publié le 20 mars 2021

Daniel Isoir joue César Franck : un hommage au Pater Seraphicus. Quand il jouait au loin, par exemple à Istanbul, Franz Liszt se faisait livrer par son ami Sébastien Erard un piano sur lequel il donnait ses concerts, qu’il signait à l afin et hop le piano était vendu ! La pianiste turque Zeynep Ucbasaran a reconstitué le programme des concerts de Liszt à Istanbul en 1847. Le violoncelliste Alessandro Palmeri dans une sélection d'œuvres de la toute première production d’œuvres pour violoncelle. Aline Piboule dans un précieux disque consacré à des Maîtres français mal jugés : Gustave Samazeuilh, Abel Decaux, Louis Aubert, Pierre-Octave Ferroud. Et puis, un disque de crossover très réussi de Peter Breiner et, en pré-écoute, un extrait du nouveau disque de sonates de Beethoven par Viktoria Mullova.

LA SELECTIOIN DE LA SEMAINE