Combien ça coûte ?

On n’en saura rien.

Il paraît qu’à la conférence de presse annonçant la nomination de Gustavo Dudamel à la direction musicale de l’Opéra de Paris, la question a quand même été posée par Emmanuel Dupuy, de Diapason, et a suscité la réponse suivante de Alexander Neef :

“ Ce serait très inhabituel de rendre publique la rémunération, donc nous n’allons pas le faire”.

Mais “l’habitude”, justement pose problème dans des établissements majoritairement financés par l’État, et qui plus est à l’Opéra de Paris, en aussi mauvais état financier que Air France ! La négociation a dû être habile, on n’en doute pas. Du coup, il ne devrait rien avoir à cacher, d’autant moins qu’on apprend que Gustavo Dudamel touche un très gros salaire à Los Angeles, qui fixe un peu le niveau ; salaire qu’il mérite certainement plus là-bas qu’ici , puisqu’à Los Angeles l’institution est financée à 90% par de l’argent privé : ils en font ce qu’ils veulent.

Ici, c’est bien différent. À noter que Marie-Aude Roux dans Le Monde ne semble pas avoir été touchée par la question qu’elle n’évoque pas. Mais le Maestro est chrétien, tout comme Renaud Capuçon. C’est émouvant et ça rend l’argent, comment dire ? Magique !

Tiens, puisqu’on parle cachets et chefs d’orchestre, on ne sait pas, non plus, a combien a été dealé le bébé-chef d’orchestre récemment nommé à l’Orchestre de Paris. Les compte de la Philharmonie de Paris sont et resteront une boîte noire comme tant d’EPIC et autres acronymes des institutions du même type. Le rapport d’activité annuel ne dit rien de précis. On ne saura pas, là non plus, les cachets consentis et leur éventail entre les artistes modestes et les superstars, le Top des agents qui y font leur beurre, des invités et leur nombre, des places bradées, et de toutes sortes d’informations détaillées qui permettraient au contribuable de juger en toute connaissance de cause de la réalité d’une action en regard des moyens engagés. Et des pratiques concurrentielles.

Là encore, pourtant, l’argent public est largement majoritaire.